Le Bessat de A à Z
Petit dictionnaire géographique et historique du BESSAT et de ses environs par Michel ACHARD
Tous droits réservés par l'auteur
1
2
A
B
B
C
C
E
F
G
H
J
K
L
M
M
N
P
P
Q
R
S
V
Z

TAURIERE 

La Grande Taurière est un sommet au Nord de la croix des Fosses, autrefois belvédère, maintenant noyé dans la forêt (Etym. ? inconnue

TOILE
Sur le rocher du Toile, dans le vallon du Ban, aurait existé un château médiéval dont il ne reste rien. Ce versant, maintenant très boisé, était occupé par des fermes jusqu’à la dernière guerre. (Etym. ? : Toile, Toil, Theil, variétés du nom du tilleul). Lire : « Le Château du Toile », par Gérard Mathern, dans ; Le Jarez d’hier et d’aujourd’hui, décembre 1990 et juin 1991.

TOURNON
Bois de Tournon : le crêt au dessus de l’ancien tremplin. Sans doute des seigneurs de Tournon qui possédaient, entre autres, le château du Toile

TRAVARIE
Aussi la Travary. Sur les cartes, bois vers les sources du Furan. Quartier du village entre le Tremplin et la croix Blanche (Etym.? inconnue)

TRAVERSE
Nom local du vent d’Ouest. Désigne l’établissement de la Fédération des Œuvres Laïques à l’entrée du village. C’était autrefois la « Colonie » de la Croix-Rouge de Saint-Chamond, ouverte en 1919, et recevant chaque été les petits « colons » venus se refaire une santé. Les anciens se souviennent des feux de camp, et du défilé des colons vers la Madone, menés par des prêtres en soutane, avec les flambeaux dans la nuit, et la chanson « Cher Bessat-ha, cher Bessat-ha, nous t’aimerons toujours / Nous aimons ta vieille église / Son clocher aux pierre grises / Nous sommes heureux / Nous sommes heureux / Nous sommes heureux d’y prier le Bon Dieu ».

TREMPLIN
Lieu-dit vers les sources du Furan, parfois dénommé « Bois des Pères » (la forêt appartenait aux Chartreux avant la Révolution), ou « les Buttes » (on y entreposait les arbres sortis de la forêt en une « gare de bois »). Aire de jeux de générations de villégiateurs. Plusieurs tremplins de saut à skis s’y succédèrent entre 1924 et la fin des années soixante (voir le détail dans l’Histoire du ski au Pilat).

TRISANDE
Même étymologie et même utilité que les traboules lyonnaises. Passages entre les rues du village. La trisande s’ouvrant en face de l’hôtel de France (« avenue de Paris » par dérision) reste la seule typique. Les autres ont été goudronnées ou condamnées.