Le Bessat de A à Z
Petit dictionnaire géographique et historique du BESSAT et de ses environs par Michel ACHARD
Tous droits réservés par l'auteur
1
2
A
B
B
C
C
E
F
G
H
J
K
L
M
M
N
P
P
Q
S
T
V
Z

ROCHETTES (Les)
La Grande Rochette (1.316 m.) fait face à la Petite Rochette et constitue le point culminant du Grand-Bois. On y va par la croix des Fosses et le creux du Loup. On peut continuer jusqu’aux Loges de Lapras et à la Grotte Sarrazine. Beau panorama, là aussi de plus en plus mangé par la forêt, sur le versant Sud du Pilat.

ROT  (Le)
Col sur la route de Saint-Chamond, à deux kilomètres de Chaubouret. Départ de promenades vers le Toile, le Saut du Gier, et début du Chemin de Fer. (Etym., : plusieurs explications : le roc, ou lieu en pente raide).

ROUTES ET TRANSPORTS
Le Bessat doit sans doute son existence à un passage important entre les vallées de la Loire et du Rhône. Les transports se faisaient alors à dos de mulets. Saint-Etienne exportait du charbon et des produits manufacturés, et importait fruits, légumes et vins. La route actuelle, dite de Saint-Etienne à Serrières, fut construite lentement dans les années 1830-1850. Elle était totalement achevée avant 1860. Elle permettait la descente sur Saint-Etienne du bois, de la glace l’hiver, et la fourniture rapide du lait. La route de Saint-Chamond par la Valla est aussi terminée au début des années 1850. Celles vers Bourg-Argental, tant par Graix que par Thélis, attendront quelques années de plus. Le baron de Rochetaillée ouvrit en 1874 la route de la Jasserie. Mais il faudra attendre 1907 pour aller à l’Oeillon en voiture. Les premiers omnibus (à chevaux) sont signalés par les Annuaires des années 1870 : « St-Etienne à Colombier par Rochetaillée, le Bessat et Graix : hiver, les dimanches à 5 h du matin ; l’été, dimanches et mercredis à 5 h du matin ». En 1906 : « voiture publique tous les jours ; départ place Dorian à 6h1/2 du matin, arrivée au Bessat entre 9h1/2 et 10 h ; départs du Bessat à 4h1/2 du soir, arrivée à St-Etienne à 6h1/2 ; prix aller 2 F, retour 1 F ; les jeudis et dimanches, voiture supplémentaire, départ à 5 h du matin, départ du Bessat à 5h1/2 du soir ; de St-Chamond, voiture les mercredis et dimanches ». Les premiers autobus (à moteur) circulent régulièrement en 1921, conduits successivement par Seyve, Dupain et Clavel, Séverin Garampazzi, le père Pascal, et Henri Marcon.

ROUTES FORESTIERES
On trouve trois routes dans le Grand-Bois : La route du Comte : (du comte Amelot, propriétaire de bois) va du Pont Sauvignet, sur la route de Tarentaise à la République, à la Digonnière, sur la Route Bleue. La route Roy : bien que proche de la précédente, ne doit rien au roi de France. Elle célèbre Alfred Roy, inspecteur des Eaux et Forêts à St-Etienne dans les années trente. Partant de la route du Comte, elle finit au dessus de la Porte de Fer. Ouverte entre 1964 et 1966. La route Balay : recoupant à peu près l’ancien chemin Balay, descend de la Porte de Fer sur la route du Comte. De M. Balay, propriétaire de bois. La « route des crêtes » : a fait couler beaucoup d’encre et de salive dans les années cinquante. Préconisée par Claude Berthier pour relier les Trois-Croix à Chaubouret par les Rochettes, et la Jasserie à l’Oeillon, elle était combattue par les défenseurs de la nature sauvage. Chaque camp se succédait les dimanches au crêt de la Perdrix pour faire signer des pétitions aux « prend-l’air » de passage. Ouverte sommairement l’été 1962 sur initiative privée entre la Perdrix et Bote, elle se réduit maintenant à un sentier.